Les Grands Interdits

pictogram-din-p000-generalEt oui, comme dans toute vaste quête, le héro doit faire face à un certain nombre d’obstacles avec un certain nombre de handicapes. C’est ce qui rend sa quête épique et sa gloire retentissante.

Il convient donc, avant de se lancer à corps perdu dans l’aventure, de faire le point, l’inventaire et de se fixer des limites comme points de repères.

Les meures modernes sont régies par un ensemble de codes et de règles. Voici pour l’heure les Grands interdits.

Question de morale

Dans le domaine qui nous intéresse, c’est incontestablement la Morale qui se chargera d’imposer quelques limites. Mais là encore c’est à la discrétion de chacun, et c’est à vous d’évaluer ce que celle-ci vous impose comme limites. Moi personnellement, de la morale, j’en n’ai pas.

Non, évidement je rigole, la larme à l’œil, je me bidonne encore de ce trait d’esprit. C’est évidement faux.

Cher lecteur, rien que pour toi, pour t’aider à te fixer des limites, je te confie les miennes, non pas comme un exemple à suivre (ohla grand dieu, certainement pas ! Je me déresponsabilise totalement de l’influence de mes propos sur ta faible personne en désespoir et en recherche de réponses), mais comme une pseudo-inspiration qui te fera te dire « tiens, ça me fait penser que je peux tolérer ça mais pas ça ». Aussi, à l’issue de la lecture fastidieuse de cet article, comme à celle des précédents et des suivants, je t’invite à porter une longue et douloureuse réflexion sur toi-même, tes buts, tes aspirations, tes rêves et pour cet article précisément, tes propres limites.

Principe n°1

Voici donc en exclusivité, au top 3 des personnes que je ne toucherai jamais pour des raisons plutôt évidentes à mon sens « Les 3 C » :
-Colloc’
-Collègue
-personne en Couple
Si cela est vraiment nécessaire, vous trouverez plus de détails ici :  Pourquoi s’interdire les 3 C ? .

Principe n°2

Autre grand principe important à garder en mémoire s’il y a un jour un choix à faire :
Les constantes : la famille et les amis
Les variables : les cibles et les conquêtes

Principe n°3

Un principe quasi biblique également mais qui permet de cadrer plutôt très bien : ne pas faire subir à d’autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse et j’ai comme une envie d’ajouter « amen » ! Mais c’est autant vrai pour la vie de célibataire, que pour la vie de couple, que pour la vie tout court !

A toi, ami lecteur, de choisir ta voie. Si tu es en manque d’inspiration tu peux piocher dans les idées ci-dessus (elles sont adaptables aux hommes).

La morale c’est chiant quand même

Quelques fois, il faut être réaliste, un poil pragmatique, se rendre compte qu’à moyen terme la situation sera inextricable et mettre ses pulsions animal sous couvert. Ces principes sont contraignants mais indispensables pour conserver une marmite sociale digne de ce nom et y rester intégrable.

Ha bien entendu, cela n’empêche évidement pas de ressentir un inavouable désir à la limite du soutenable, violent, douloureux, probablement masochiste, à l’égard de celui ou celle qu’on s’est interdit. Qu’à plus forte raison, puisque inaccessible, cette personne nourrisse nos fantasmes, grandissants, incontrôlables, et incarne l’être avec qui un baiser aurait probablement un goût de paradis et une simple relation charnelle deviendrait une expérience quasi mystique au-delà de tous les plaisirs connus en ce bas monde de mortels.

Oui, il faudra lutter. Je n’ai jamais dit que ça serait facile, hein !

Mais s’il était donné aux Hommes de goûter à la table des plaisirs divins, il est probable qu’après le festin, tout serait fade et bien insipide, et que nous n’aurions plus alors qu’à mourir, heureux, comblés, entiers, pour la première fois.

Bien conscients des risques, nous rêvons pourtant d’y goûter, aller quoi, rien qu’une bouchée …

Et en cas de manquement ?

Bon sang, vous n’avez donc aucun self-control les amis ? Est-ce si difficile de s’en tenir à quelques toutes petites règles de bon sens que vous vous êtes imposées à vous-même ?? Vous êtes grands non ? Vous êtes désespérants et finirez dans le seul endroit où la morale est jetable : l’enfer.

Non, je rigole, encore une fois ! J’en ris aux éclats !

J’ai une magnifique solution pour palier à tout manquement, tout dérapage, tout franchissement de limite, tout, tout ce que vous voulez … il s’agit du principe n°4. A utiliser avec sagesse et parcimonie … ou pas.

Principe n°4

Le dernier principe que j’affectionne tout particulièrement, un leitmotiv, un mantra pour certains, mon grand favori, simplement parce qu’il fout tous les principes précédents en l’air et qu’en un sens, rien que pour ça, c’est beau :

On n’a qu’une vie, les amis. Une seule.

Ce magnifique adage pourtant bien connu mais trop peu éprouvé justifie toutes les expériences. Il encourage tous les plaisirs que nos limites éloignent et que notre morale réprouve. Il pardonne les excès.

Simple et merveilleusement dangereux.

Evidemment, si l’on souhaite que sa seule et unique vie soit longue, faut peut-être pas trop abuser non plus, hein !

L’ensemble de ces principes génère toute la dualité inhérente à l’existence : l’opposition de la Raison et de la Passion. Vaste débat philosophique que j’adorerais aborder si mes facultés intellectuelles me le permettaient. Je laisse ça aux grands philosophes qui l’ont fait bien avant et bien mieux que moi  et me contenterai de l’éprouver, tout comme vous, un peu chaque jour. Parfois jusqu’à m’user les méninges sur des choix cornéliens.

Encore une fois, je me déresponsabilise de l’usage que vous ferez de ces principes (comme je me déresponsabilise parfois du mien) mais vous souhaite, en tous les cas, d’être heureux.

Laisser un commentaire