Dommage, je ne lui plais pas

je ne lui plais pasAmi lecteur, tu me vois aujourd’hui assumer un échec profond. Je ne lui plais pas. Vois-tu, c’est ce genre de gifle sociale comme on s’en ramasse de temps à autre, mais loin d’en avoir honte, loin d’en souffrir, loin de moi l’envie de me terrer dans un coin sombre, de me mettre en boule dans ma baignoire et d’y faire des balancements autistiques en écoutant Hélène Ségara. Non. J’arbore, devant toi, l’empreinte de main rougeâtre laissée sur ma joue avec une forme de fierté. Que veux-tu, l’échec de cette expérience m’inspire. Il me prend l’envie d’en tirer les gros trais (faute de tirer autre chose) et d’en faire, pour toi, une analyse par le présent article qui va nécessairement t’aider … parce que mine de rien, je n’ai aucun doute quant au fait que cela puisse (ou ait pu) te concerner. Pourquoi n’ai-je d’ailleurs jamais écrit là-dessus ? C’était pourtant si évident. Je t’en veux de ne pas m’avoir réclamé cet article plus tôt, ami lecteur ingrat.

Voyons en premier lieu pourquoi tu ne lui plais pas.

Pourquoi je ne lui plais pas ? Je suis génial pourtant !

Ami lecteur, je t’ai trop longtemps menti. Tu as beau être doté d’une intelligence moyenne et être physiquement tolérable à l’œil, parfois ça ne suffit pas. J’irais même jusqu’à dire qu’aussi merveilleux, fantastique et canon que tu sois, parvenir à séduire une cible n’est pas nécessairement plié en deux sourires et trois œillades. La chose qui vous empêche, toi et ta cible, d’avoir des rapports sexuels torrides dans l’instant n’est pas (seulement) la présence de vêtements. Il se trouve que, manque de bol, ta cible est dotée, tout comme toi, de goûts, de préférences, de faculté de jugement et,  comble de l’ennui, de libre arbitre.

Tu peux être séduisant pour certaines cibles et sembler être issu de l’union malsaine entre un cul de macaque et un blobfish pour d’autres. Tu peux être intéressant pour certaines cibles et chiant comme une rétrospective de Cortex pour d’autres. Tu peux être agréable pour certaines cibles et pénible comme un ongle incarné pour d’autres. Tu peux également être particulièrement laid, vide et relou, mais, là, considère qu’il te reste tes yeux bovins et creux pour pleurer et réjouis-toi.

Tu ne peux pas plaire à tout le monde. C’est le genre de rengaine pathétique de comptoir que tout le monde a en tête mais que trop peu acceptent pour réalité en leur for intérieur. Personnellement c’est un deuil que j’ai probablement fait avant de quitter la maternelle, mais qu’importe. Ami lecteur lent, il n’est jamais trop tard pour faire de toi-même un être entier et libéré des dictats insondables, obscures, présumés et muets imposés par d’autres.

Comment faire pour lui plaire ?

Je sais, tu as mal à ton égo, tu es frustré, tu voudrais bien que les choses changent, que ta cible ouvre des yeux différents sur toi. Tu voudrais bien qu’un beau matin elle se réveille avec une prise de conscience magistrale ; que dans son épiphanie, elle réalise à leur juste valeur les qualités innombrables de ta superbe personne ; qu’elle se dise « bon sang, mais ce John est merveilleusement extraordinaire, et j’ai la chance qu’il soit attiré par moi. Comment ne l’ai-je pas vu plus tôt ? Je m’en vais de ce pas lui prodiguer une fellation avec amour et dévotion ». Hélas ça n’arrivera jamais. A ce stade, les choses sont manichéennes. Considère que si ta cible ne te fais pas comprendre qu’il y a moyen, c’est qu’il n’y a pas moyen. Tout ce qui n’est pas clairement un « oui », c’est un « non ».

Donc soit tu lui plais, vous vous emballez et c’est pavillon/kevins/quadrupède. Soit tu ne lui plais pas et tu t’endors sur des frustrations qui grignotent goulument ton estime de toi, tu écoutes Hélène Ségara et occupe longuement la salle de bain.

Tu encaisses le coup, tu ravales ta crucifixion, et tu survis à ta déception. Fais-toi une raison : tu ne plairas jamais à l’autre.

Ok, je vais lui demander ce que je dois faire pour lui plaire

Tu arrêtes ça tout de suite ! Plus tu te saliras à ramper dans la boue en vue d’une miette d’attention de la part de ta cible, moins tu seras désirable de toute façon. Tu n’as pas l’affection que tu aurais pu espérer de la part de ta cible, certes, mais il te reste ta dignité. Aussi, si tu en as déjà perdu un peu en balançant ton intérêt pour l’autre pour ne rien avoir en retour, conserve le peu qui te reste avec une attitude digne. Encore une fois, penser que les choses puissent changer est illusoire ami lecteur, accepte les choses comme elles sont et fais-toi une raison.

Ok, je ne lui plais pas, mais comment je dois agir après ?

Tout dépend du moment auquel tu as pu constater que tu ne lui plais pas :

J’ai fait une déclaration enflammé de mon amour et je me suis pris un gros râteau

Si tu as mis ton cœur sur la table et que tu te l’es fait jeter en pâture aux lions … en d’autres termes si tu étais super-accro-grave-in-love, et/ou que tu t’es pris un râteau bien sale et bien violent après une déclaration d’amour enflammée, je ne saurais que trop te conseiller la lecture de l’article L’oublier, ou comment se sortir quelqu’un de la tête encore récemment plébiscité par des hordes de fans hystériques. Il faudra que tu mettes de la distance et que tu prennes soin de toi quelques temps. Ton égo est en convalescence et ton petit cœur meurtri aura besoin de quelques chansons d’Hélène Ségara pour s’en remettre. Enfin, souviens-toi de l’article eh merde je crois que je lui plais et garde à l’esprit que ta cible à qui tu as déclaré tes sentiments est probablement plus embarrassée que toi-même par tes sentiments dont elle ne sait que faire.

J’aurais bien volontiers copulé avec mais il/elle ne veut pas de moi

Que veux-tu, ami lecteur, certaines personnes ne savent simplement pas ce qu’elles ratent. Je me dois de te dire de faire un trait sur ce projet et de changer rapidement de cible. Ne perds pas du temps et de l’énergie pour un espoir vague et improbable.

Cependant, si tu as gâché une belle amitié avec cet aveu, dis-toi que tout n’est pas perdu : si votre amitié survit et quand cela est possible, garde toi tout de même cette cible initiale sous le coude, en jouant les béquilles par exemple. Il n’est pas impossible que, tôt ou tard, tu puisses tirer profit d’un moment de faiblesse pour arriver à tes fins.

J’ai rien tenté, j’ai rien dis, mais je sens qu’il n’y a pas trop moyen

Tu peux avoir confiance en ton instinct. Si tu sens qu’il n’y a pas trop moyen c’est qu’il n’y a surement pas moyen. Comme tu ne lui as encore rien déclaré, il te reste le loisir de ne pas encombrer ta cible de tes aveux dont elle ne saura que faire.

Si tu es fou épris, je te conseille de changer de cible et de t’éloigner de celle-ci quelques temps afin de préserver ton petit cœur fragile.

Si tu es modérément attiré, je te conseille de ne rien dire et de changer de cible et d’attitude. Mais la technique de la béquille peut éventuellement s’appliquer là encore.

Il y a, également, fort à parier que dans tous les cas, ta cible a bien vu qu’elle te plaisait. Donc à moins d’un changement radical, tu es déjà découvert.

Cependant, dans le cas où rien n’est dit, rien n’est avoué et où personne n’a mis ses couilles sur la table pour faire le point sur la situation, dis-toi qu’il est fort probable qu’à un moment ou à un autre tu sois pris d’un doute du type « et si en fait je lui plaisais ? ». Le fait de garder le silence crée un monde de possibles dans lequel tout est à vivre ou à accomplir, où l’espoir existe et où il t’est permis d’imaginer ce que tu veux. Où ta vie est un genre de paradoxe : tu lui plais et ne lui plais pas simultanément. Le rêve et l’imaginaire peuvent peut-être te combler, mais il y a un moment où il te sera possible d’ouvrir la boite et de voir si, à l’instar du chat de Schrödinger, tes espoirs sont bien vivants ou morts. Tu auras le choix entre la pilule rouge et la pilule bleue. Tu peux choisir de savoir, ou tu peux continuer de vivre dans tes illusions. A toi de voir.

Depuis que ma cible a compris qu’elle me plaisait, elle ne me parle plus

C’est bien normal, ami lecteur, tu l’embarrasses. Souviens-toi de l’article  eh merde je crois que je lui plais. Tu y trouveras toutes les réponses que tu cherches pour expliquer son attitude.

L’autre me plaisait trop, je n’arriverai jamais à m’en remettre

Ami lecteur, il est possible que ta cible soit du genre rare et exceptionnel. Que l’avoir rencontrée soit le genre d’évènement unique qui te marque par la perfection et la beauté de l’être comme de l’instant. Mais tu ne lui plais pas. Et c’est surement, pour toi, un échec violent et difficile à surmonter. Cependant, garde en tête quelque chose d’important : plus l’autre est indifférent, plus il est attirant. Souviens-toi de l’article vouloir ce que l’on n’a pas. Vois-tu c’est aussi parce que ta cible ne s’intéresse pas à toi que tu y es accro. La nature humaine est ainsi faite.

Tu verras que neuf fois sur dix, ça te passera rapidement et que finalement, tu te demanderas même pourquoi ses dents de travers, sa tronche boutonneuse et son caractère bipolaire te plaisaient tant.

De toute façon je m’en fou, c’est qu’un connard/une connasse

Combien de fois n’ai-je pas lu ou entendu ce genre de réflexion débile de collégien prépubère … En vérité, certains animaux qui souffrent grognent et mordent. Va donc te faire soigner, ami lecteur frustré.

Après, je reconnais que tu n’es pas à l’abri d’un(e) con(ne), d’une chieuse, d’un bad boy ou d’un(e) COB. Mais dans tous les cas c’est trop tard, tu n’y peux rien, donc essaye de passer à autre chose.

Ok, merci the scientist, heureusement que tu es là

Je t’en prie, ami lecteur. Si tu veux me remercier, tu peux toujours me faire un chèque. Je te laisse avec ces derniers conseils pour occuper ton esprit loin du vide creusé par ton égo anéanti, ou simplement pour passer le temps avant ta prochaine rencontre. N’oublie pas que tu pourras toujours :

-suivre ta cible discrètement dans ses déplacements,
-clouer un poulet mort à sa porte pour la séduire définitivement,
-fouiller ses poubelles,
-uriner dans ses fougères,
-écrire un article génial et criant de vérité basé sur tes aventures récentes,
-invoquer les esprits lors de la prochaine veillée sataniste pour te venir en aide,
-lui faire boire un philtre d’amour à base d’urine de porc démoniaque (marche aussi avec le GHB),
-appeler une chaine de la TNT pour faire une émission sur ton échec et ton désespoir afin de remonter dans son estime,
-acheter un chat.

Cette liste n’est pas exhaustive. Tu peux l’enrichir dans les commentaires juste en dessous, ou sur la page facebook du blog, ou encore via twitter (@singlexperiment), ami lecteur prolixe et connecté.

24 commentaires pour “Dommage, je ne lui plais pas

  1. Aloneinthelove

    Bonsoir The Scientist, j’aimerais avoir de tes conseils après cet article qui me correspond en tout ! Je viens de me rendre compte il y a peu que je suis amoureuse d’un ami que je vois assez souvent avec des amis en communs ! Je lui ai déjà dit une fois qu’il me plaisait et tout ça mais m’a repoussée car je ne lui plais pas etc… Bref j’ai un peu lâcher l’affaire mais c’est sans compter que plus ça va et plus je trouve qu’on devient plus « proche » et j’ai vraiment l’impression que quand on est en soirée, il cherche souvent mon regard, ou me faire rire… Je me dis que je me fais surement des films mais bon… Bref il sait qu’il me plaît, et j’ai appris que c’est toujours pas son cas pour moi…. Je me fais vraiment du mal pour rien mais malheureusement je l’aime…

    5 juin 2017
  2. the scientist

    Franchement tu as la meilleure attitude : tu as déjà lâché l’affaire et c’est très courageux ! Ne te fais pas plus d’idées : tu ne lui plais pas et tu le sais. Vu que parfois c’est dur, je t’invite à tenter de l’éviter si tu peux… Ce sera un peu plus facile pour toi. Et puis l’oublier gentiment, naturellement ou en en rencontrant d’autres ! Pas besoin d’aller bien loin, juste d’ouvrir un peu ta marmite social et d’aller y faire mijoter quelques autres ingrédients pour que tu infuses toi- même dans un environnement qui te plait (et peut être où tu plairas toi-même​! Ça fait toujours plaisir !!)

    6 juin 2017
  3. BlackEagle

    The Scientist je fais appel à ton savoir universel (en passant super article comme toujours ^^) : Je connais mon amie depuis 5 ans maintenant et j’ai toujours ressentis un fort amour. Elle l’a toujours su mais en plein complexe d’infériorité je n’osais pas le lui dire clairement. Maintenant 5 ans plus tard je décide de lui faire une déclaration des plus claires et romantiques (je fut alors son premier baiser) mais la conclusion était un violent non. Transition gueule de bois. J’apprends qu’elle regrette fortement ce qu’elle m’a fait et elle accepte alors que j’étais au plus bas (chose qu’elle ne savait pas) de sortir avec moi. Une semaine et pouf elle me dit avec sa délicatesse habituelle que non elle veut arrêter. Transition gueule de bois. Je me sers de la technique autre fille pour me changer les idées et elle me dit qu’elle est jalouse. En ayant assez de ma nouvelle copine je décide de la quitter. Et je me retrouve aujourd’hui dans cette position donc je ne sais pas quel est le problème et je me dis que si je ne lui plaisait pas elle ne m aimerais plus. A toi xD Je sais que je suis un homme désespérant dans une situation désespérée.

    29 mai 2017
  4. the scientist

    Rien de désespérant là dedans, c’est juste tellement classique : elle aime juste l’idée de te garder sous le coude ! Ne t’en fais pas ami lecteur ce souci (commun aux hommes comme aux femmes !) ne conçoit qu’une seule issue favorable. La rupture durable de ce truc dans lequel vous vous êtes empêtrés. Peut être vous retrouverez vous un jour ? Mais dans l’immédiat la seule solution qui s’imposent est de placer de la distance (éventuellement physique je ne sais pas) et que vous vous oubliez quelques temps. Vivez vos expériences ! 5ans à l’aimer en silence ce ne sera pas facile à effacer mais existe et vis au delà d’elle, de ce qu’elle pense et te dit (de toi ou de tes fréquentations !). Bref, ami lecteur libère-toi !!!

    30 mai 2017
  5. Marinella

    Cet article date mais je suis exactement dans ce cas. Pourtant c’est lui qui m’a invité à dîner chez lui un soir on a fini la nuit ensemble et après il a installé une distance entre nous. J’aimerai savoir pourquoi? Pourquoi m’avoir attiré ci loin pour me lâcher juste après comme ci tout était normal?? Pourquoi ne pas croire que je pourrai en être blessée ?? Pourquoi dire on verra tes question après ??? Si c’est juste pour mieux m’anéantir

    2 mai 2017
  6. the scientist

    Parfois les gens ont d’étrange motivation, un genre de « et si » de bonne foi, le sexe, le « on a trop bu » ou un « Yolo » vas savoir … Si tu veux mon avis, ne cultive pas ces questions. Et trouve un peu de réconfort dans le recul et l’expérience que tu en as tiré. En tout cas merci d’avoir partagé ça.

    30 mai 2017
  7. Léna

    Bonjour, et comment on doit le prendre quand on est tombé amoureuse d’un ami avec qui on s’est rapproché suite à une séparation douloureuse chacun de notre côté, sachant que moi j’étais prête mais pas lui, que je lui plaisait mais qu’il lui fallait du temps ? Pour au final me dire qu’il arrive pas à me voir que plus qu’une amie ? Sachant qu’il y a eu vraiment de gros rapprochements physiques, et qu’on ne pouvait pas se passer de se parler l’un à l’autre toute la journée et nuit ? Je sais plus quoi penser… merci :)

    30 janvier 2017
  8. the scientist

    Eh bien, amie lectrice, tu peux considérer que vous vous êtes tout deux servis de l’autre comme béquille mutuelle. Vous avez utilisés vos corps, mais, hélas pour toi, il semble que pour lui ça n’était qu’un moment de faiblesse passager alors qur tu espérais une romance, tu as su l’exploiter c’est déjà sympa. Maintenant, rappelles-toi, tout ce qui n’est pas un « oui » clair est clairement un « non ». Aussi, le mieux à faire pour te protéger est de tenter de l’oublier. Je t’invite aussi à consulter cet article sur l’amitié homme-femme. Après, c’est peut-être juste une question de temps, mais inutile de le perdre (le temps) à l’attendre, ne t’arrête pas de vivre pour autant. une cible avec une vie bien remplie est bien plus désirable qu’une copine qui attend est espère, et qu’on a juste envie de friendzoner salement pour qu’elle nous laisse tranquille ! ;)

    30 janvier 2017
  9. Mon Dieu! C’est rare que j’utilise la cliquette pour écrire des commentaires…Mais là avec cet article, j’ai tellement ris que j’en ai mal aux muscles du dos!!! (je plaisante pas!)
    Merci.

    14 avril 2016
  10. the scientist

    « Mal aux muscles du dos » c’est de loin le plus beau compliment qu’il m’ait été fait sur ce blog, merci beaucoup ami(e) lecteur(/trice).

    14 avril 2016
  11. Emilie

    Merci, merci et merci !
    Tu es génial, the scientist, au moins, j’aurais bien rigolé :D Il est temps pour moi de me priver de croiser ses majestueux yeux noirs.

    26 février 2016
  12. the scientist

    Merci pour tes éloges, amie lectrice !
    Je te souhaite bien du courage, une fois le constat fait, il te faut faire encore un peu de chemin pour l’oublier.

    23 mars 2016
  13. bonjour,
    je viens de tomber par hasard sur l’article ….tout simplement génial et tellement réaliste.
    ça fait du bien de lire ce genre de choses quand on a eu des problèmes, des incertitudes.

    26 novembre 2015
  14. the scientist

    Fort aise de te savoir comblé(e) cher(e) lectreur(/rice). Faut croire que le hasard fait bien les choses !

    26 novembre 2015
  15. Youte

    Merci pour cet article chez « the scientist », tu es bien l’un des rares à dire les choses comme elles sont et de demander de laisser tomber! Je suis malheureusement tombée sous le charme de mon collègue qui ne me considère seulement comme amie. Ce fut très dur pour ma fierté et mon égo. Même si j’essaye de passer à autre chose, il est difficile pour moi de prendre mes distances sachant que 5jrs/7, on est face à face et côte à côte. Il a refusé qu’on ne se parle plus et me cherche souvent (j’ai l’impression qu’il en joue maintenant). Comment pourrais-je selon toi défier cette attirance qui est nourrie de jour en jour?

    Merci pour ce que tu écris.

    5 juin 2015
  16. the scientist

    Salut Youte,
    D’abord je m’excuse platement pour la réaction tardive. Ensuite, si mon conseil est encore valide, je vais te dire une chose simple : affirme-toi. « Il a refusé qu’on ne se parle plus » dis-tu ? Mais dis-donc, si tu penses que c’est mieux pour toi de ne plus lui parler, qu’est ce qui t’y oblige ? Alors oui, le travail … Nous y voilà justement. Replace cette relation au stade où elle aurait toujours dû être : PRO ! C’est une relation qui doit redevenir strictement professionnelle. Ca te permettra de mettre la distance dont tu as besoin pour passer à autre chose et ça te donnera l’occasion de t’affirmer un peu, non mais, pour qui il se prend ce gougeât qui « veut pas » ! Au passage, en t’affirmant, tu n’en seras probablement que plus respectée.

    Je t’invite à consulter l’article sur sortir avec son/sa collègue si c’est pas déjà fait ;)

    20 août 2015
  17. duran

    Merci beaucoup cet article m’a fais du bien. Je sais pas trop comment,
    je crois que je suis tombée amoureuse. Mais plus j’essaie plus il s’éloigne, alors je le bloqué puis je renvoie un message l’air de rien. J’aime beaucoup le moment ou tu dis qu’inconsciemment on a compris. Je vais donc mettre cet article en favori pour éviter de rechuter. Merci

    3 février 2015
  18. the scientist

    Tiens bon, amie lectrice. Et merci pour ton commentaire

    4 février 2015
  19. Jean

    Et qu’en est-il lorsque la personne à laquelle on ne plaît pas est notre ex?

    Comment accepter que la fille avec laquelle on a passé 4 ans et demi de sa vie vous dise que vous n’êtes pas son idéal physique et que vous ne l’avez jamais été? Voilà ce qui m’arrive aujourd’hui. Enfin, c’est ce qu’elle m’a dit hier, et j’ai l’ego en compote.

    Pourtant, je plais beaucoup aux filles normalement. Mais c’est elle que j’aime, pas une autre. Là elle fréquente un mec, moche en plus. Mais moi, je ne suis pas son « idéal physique », je suis juste « mignon ». Ce mot « mignon », qui vous est dit d’une façon telle qu’il en devient presque péjoratif.

    Voilà, j’avais juste envie de partager ça, parce que putain, ça fait mal.

    6 novembre 2014
  20. the scientist

    Ami lecteur, pas facile en effet, mais clairement dans ton cas, il va falloir apprendre à l’oublier. Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire, c’est, cependant, le meilleur conseil que je puisse te donner dans ton état.
    Il est vrai que l’on peut tout à fait aimer une personne qui ne correspond pas à son idéal, et pour cause, les idéaux sont pour beaucoup inatteignables, on peut s’en approcher mais il y a toujours des concessions à faire quand on rencontre quelqu’un qui nous plait. Le fait que tu étais « mignon » (comme un petit chat ou le dernier top H&M) était suffisant pour les 4 ans qu’a duré votre relation, ça ne semble plus être suffisant aujourd’hui. Soit. Admettons. Selon moi, ça sent un peu le prétexte foireux balancé à la cantonade (tu l’as peut être encouragée à dire ça malgré toi?) car à moins qu’elle se soit retenue de vomir dans sa bouche à chaque fois qu’elle posait le regard sur toi ces 4 dernières années, tu étais assez bien pour elle tout ce temps. Ne reste pas bloqué sur ce détail futile, surtout si tu sais que tu plais à d’autres. L’important maintenant c’est que tu remplumes un peu ton égo, que tu (ré)apprennes à te passer d’elle, que tu te remettes de tout ça, et là, il faut juste accepter les faits, pour ça, le temps aide et fait le reste. Bon courage !

    6 novembre 2014
  21. Key

    Comme cet article m’a fait rire, et m’a fait du bien. En pleine déception post-échec. Je me suis vu taper sur google « je ne lui plait pas ». J’aurais pu tomber sur un article de magazine féminin ou de psycho de comptoir, mais je suis tombé sur ça. Je me sens déjà mieux.

    23 juin 2014
  22. the scientist

    Cher(e) Key, il fût un temps où je proposais ma plume aux magazines féminins, masculins, d’information, à la SECU, à la Croix Rouge, à Médecins Sans Frontière, et j’en passe. J’avais bien conscience que mon talent pouvais être reconnu d’intérêt public ! Hélas, le monde n’est, semble-t-il, pas prêt. Merci de remettre les choses à leur juste place avec ton commentaire et je te souhaite, bien entendu, qu’une fois ton échec digéré, tu t’en portes bien que tu sois fort(e) de cette déception et que tu abordes fièrement la vie vers de nouvelles conquêtes !

    27 juin 2014
  23. Schnecky

    En effet, ça fait mal, très mal à l’égo quand on n’est pas son type, qu’on ne répond pas au profil, à son idéal féminin/ masculin. C’est du vécu. Il n’y a rien à faire et surtout rien à comprendre. A part renoncer et changer de cible. Facile à dire, plus difficile à faire. Quand cette personne ne veut pas sortir de votre tête et qu’elle vous fait tellement de l’effet, on a juste envie de s’exploser la tête contre un mur. Sachant qu’il n’y a pas moyen de la faire changer d’avis, même en apprenant à la connaitre. Inutile donc de rester amis pour essayer de la conquérir : investissement inutile et perte de temps! Arrêter d’espérer, d’entretenir l’illusion et de se faire du mal. Courage à ceux et celles qui vivent ça. Prendre ses distances et se donner du temps pour l’oublier. Eviter de la croiser, couper tous contacts. Se recentrer sur soi.

    9 avril 2014
  24. the scientist

    Cher(e) ami(e), tu as tout résumé dans ton propos. Je te renvoies également vers l’article L’oublier, ou comment se sortir quelqu’un de la tête qui regroupe quelques conseils pour passer outre notre échec et qui rejoint pas mal ce que tu écris ici. Quelques fois c’est pas facile, d’ailleurs personne n’a dit que ça l’était, mais, aussi stupide que ça peut sembler quand « on a juste envie de s’exploser la tête contre un mur », toutes ces frustrations (ou ces douleurs) finissent par passer. Le temps est ton allier ami(e) lecteur(/-trice). Bon courage à toi et merci d’avoir ajouté ton témoignage très juste et très vrai à mon article.

    9 avril 2014

Laisser un commentaire