Couchez avec une parisienne !

Cher ami lecteur, comme tu l’as constaté mon activité bloguesque s’est quelque peut ralenti au profit d’une activité monnayable que j’exerce pour quelques temps dans notre belle capitale française, Paris.

Ah, Paris, ville lumière, ville romantique, ville de l’Amour (là je m’autorise à lâcher un grand A car on est plus dans le concept que dans les faits), ville de culture, … Paris et ses monuments, ses trésors architecturaux, son merveilleux patrimoine, ses parisiens … et ses parisiennes.

La parisienne est un individu de sexe féminin et résidant à Paris. Ça c’est dans l’absolu, le général. Mais le terme de « parisienne » peut également faire office d’insulte à l’égard d’une connasse vivant à Paris. Par connasse j’entends … laissez-moi vous en faire une description plus ou moins bien sentie.

Je suis parisienne

J’habite à Paris depuis toujours, pas comme tous ces parvenus de province qui n’y connaissent rien. Mon air arrogant et hautain n’a d’égal que mon ridicule quand je clope mes menthol (pour que personne ne m’en pique dans la rue) et que je parle du nez pour éviter que la fumée que je crache ne remonte dans mes narines. Ma clope que je tiens de façon stratégique et qui me donne un genre quand je parle du dernier vernissage d’un artiste péruvien quelconque mais en vogue que personne ne connais mais « qui sait parfaitement faire ressortir la puissance et l’essence de l’émotion transcendantale par le grain de ses portraits clairement issus de l’influence post-moderniste à près-existentioniste ». Je rajoute des syllabes supplémentaires à la fin de certains mots comme « près-existentionist-hein ». Je bois des cocktails à la mode dont personne ne connait le nom (ni le nom du cocktail, ni de ce qui le compose) dans des bars lounge et je ne me nourris que de salades quinoa, jamais de viande, non pas parce que c’est mal (je porte de la fourrure) mais parce que les graisses saturées c’est pas bon pour la santé et pour la ligne. Pareil pour le sucre, que du stevia car l’aspartam c’est carrément surfait ! Je connais tous les lieux branchés et je n’entretiens des liens sociaux que par intérêts. C’est pourquoi je ne fréquente que des gens qui ne gagnent pas moins de 5000E/mois. Je trouve qu’il y a trop immigrés, trop de grèves ; tous ces nantis qui nous prennent en otage. Je suis blasée de ces connards de touristes qui vont visiter … ils vont visiter quoi d’ailleurs ?!? Paris c’est surfait, vivement mes vacances en Cote d’Azur sur le yacht de Papa …

Pour autant Paris c’est chez moi, en province y’a rien à faire et les gens ont tous les accents insuportabl-hein.

Où que j’aille d’ailleurs, j’aime insulter les gens, les klaxonner en voiture et les bousculer dans la rue à pieds. J’aime leur cracher ma haine à la face et toutes les frustrations que j’accumule dans ma vie de merde inutile, aussi minable que creuse de jeune parisienne mal baisée.

Dramatique tableau d’une déchéance sociale individuée.

Cette logique marche aussi pour certaines femmes des administrations et autres femmes de pouvoir qui pensent devoir assoir ce dernier en étant plus mauvaise que le diable en personne.

Ami lecteur, il me vient une idée. J’en appelle à ton devoir social : rend ce monde plus beau en faisant de ces connasses mal baisées de simples connes inutiles. Baise une parisienne.

2 commentaires pour “Couchez avec une parisienne !

  1. leo

    Et voilà un article de sale provincial arriviste quand même bien content que ma ville lui offre une opportunité pécunière!!
    D’ailleurs c’est certainement la boîte de mon Popa!

    Par contre, heu….., pour ta conclusion, je suis d’accord!! Venez baisez des parisiennes!

    11 juillet 2011
  2. the scientist

    vrai !

    12 juillet 2011

Laisser un commentaire