Bonne année ?

Bonne annéeAmi lecteur, je ne prétendrai pas te souhaiter une année de réussite et de bonheur. Je ne te connais pas, j’ignore qui tu es, et, par conséquent, tu t’en doute, prétendre que ta vie m’intéresse et que je souhaite pour toi « plein de bonnes choses nia nia nia » serait un pur mensonge. Je m’en fous.

Tu l’avais remarqué déjà, toi qui est un lecteur assidu et fidèle, je pars bien souvent du postulat que tu es quelqu’un de génial, tu n’as guère besoin de mes conseils que pour conforter ton esprit remarquable dans ses raisonnements sages et réfléchis. Qu’auraient donc pu t’apporter les vœux d’une personne virtuelle inconnue écrivant un blog glauque à l’intérêt discutable et à l’humour gras ?

Je ne te souhaite pas une bonne année. Cette année sera ce que tu voudras bien en faire. Les cartes sont toujours au même endroit, dans tes mains boudinées et moites aux doigts collants, débrouille toi avec, tu n’as besoin de personne pour te dire quoi en faire (des cartes comme des doigts d’ailleurs). Va, vole et choppe.

L’échec n’est pas une mauvaise chose, s’il est vécu en bonne intelligence. Le succès n’est pas une bonne chose s’il est vécu sans.

Après ces dernières phrases qui, selon moi, devraient figurer au rang des citations remarquables dans toutes les bonnes encyclopédies sur papier-toilette, je te sortirais bien volontiers une phrase pour t’inciter à écouter ton cœur te guider sur le chemin vers ton propre bonheur mais, bien que je sois d’humeur gaie, je ne tiens pas à voir une armée de licornes et d’arcs-en-ciel envahir cette page.

Même s’il est vrai que je dispense des conseils plutôt superbes et bienveillants, il me semble grossier de te souhaiter « tout le meilleur pour la nouvelle année ». On n’est pas si familiers ! Et si cette année était une année toute pourrie hein ? Allons-donc ! Après c’est encore moi qu’on va engueuler ! Non, non, non, moi je souhaite une bonne année (en le pensant sincèrement) aux gens que je connais dans la vraie vie en leur fixant le blanc des yeux. Bien trop de sites web te souhaitent des bonnes années comme ça par politesse sans même le penser, dans une hypocrisie commerciale de bienséance sociale. Bientôt on demandera comment tu vas et si tu as bien dormi … Mon blog ne sera pas de ceux-là. J’assume n’avoir rien à faire de ta vie dont je ne connais rien et sur laquelle je ne tiens pas à m’informer. Bonne ou mauvaise, passe l’année à venir comme tu pourras, ce sera déjà pas mal.

Ainsi pour conclure ce billet d’introduction à cette nouvelle année, sache que si tu as besoin de stabilité, ami lecteur, je serai toujours là, lâchant sporadiquement quelques articles gutturaux à la face du web, dans un souffle satisfait d’un trop-plein de mots indigestes enfin évacué.

Que, comme toujours, j’attends et j’espère que tu participes à ce blog en me communiquant des thèmes que tu voudrais voir aborder. Tu es ma première source d’inspiration, ne l’oublie pas.

Que, toutes tes petites preuves d’encouragement (like facebook, commentaires, e-mail, bouche-à-oreille, etc) ont évidemment leur effet, merci d’entretenir mon égo.

Allé, bonne année, prend soin de toi, on s’appelle, on s’fait une bouffe hein ! Ah et passe le bonjour au petit Kevin !

Laisser un commentaire